Passer au contenu

Santé mentale au travail et le devoir de se renseigner

Dans les petits et les grands cabinets, les dirigeants doivent s’assurer du bien-être de leur équipe à mesure que leurs employés retournent au travail après la crise de COVID-19.

Stressed at work

En vertu des lois sur la santé et la sécurité au travail, les employeurs ont des obligations envers leurs employés. Ils doivent être sensibles à la violence au foyer lorsque le domicile se substitue au lieu de travail, ainsi qu’aux problèmes physiques découlant de configurations ergonomiques non standards. Dans certains cas, ils doivent veiller à la détérioration des conditions de santé mentale des employés.

Les lois sur les droits de la personne peuvent imposer l’obligation de se renseigner sur le bien-être des employés et de prendre des mesures d’adaptation pour les contraintes excessives auxquelles est confronté tout employé souffrant d’une incapacité mentale ou physique. Certaines considérations relatives à la situation familiale peuvent également avoir une incidence sur la capacité d’un employé de travailler les mêmes heures que par le passé.

Selon Loretta Bouwmeester, associée directrice du bureau de Calgary de Matthews Dinsdale LLP, et présidente de la Section de la gestion de cabinets l’ABC-Alberta (Sud), les gestionnaires de cabinets juridiques expriment leur inquiétude par rapport au moral de leur équipe et à la mesure dans laquelle ils vont au-delà de leurs obligations à titre de simple employeur principal. « Des associés directeurs issus de cabinets de toutes tailles participent à notre section, et nous organisons des tables rondes de l’ABC pour qu’ils puissent partager des ressources et des leçons tirées sur les problèmes avec lesquels nous devons tous composer, dit-elle. Nous avons mis en place des stratégies en lien avec des pratiques tangibles que les cabinets peuvent adopter, comme des rencontres régulières avec les membres de leur équipe et des conseils pour mieux passer à travers des périodes difficiles ».

Un cabinet d’envergure nationale, BLG, a élargi son programme de prestations en matière de santé mentale afin de s’assurer que ses employés et leur famille ont suffisamment accès à des services de soutien psychologique et de santé mentale. Il offre un programme de bien-être global que les employés peuvent adapter à leurs propres besoins, un compte de bien-être, un programme d’aide à l’intention des employés et leur famille, et des programmes éducatifs sur la santé et le bien-être.

BLG s’est engagée à appuyer ses dirigeants pour qu’ils puissent comprendre et cerner les problèmes de santé mentale, puis y réagir, tout en encourageant la participation au programme de premiers soins psychologiques qu’offre l’Alberta Lawyers’ Assistance Society.

Chez JSS Barristers, un petit cabinet de 35 juristes qui se spécialise en litige à Calgary, la communication est essentielle. Andrew Wilson, associé directeur, communique régulièrement avec tous les membres du personnel au sujet de la sensibilisation à la santé mentale et leur propose des activités dans ce domaine à l’aide d’une approche exclusive où se côtoient humour et intelligence.

Dans le cadre de la journée Bell Cause pour la cause, qui s’est tenue le 28 janvier en 2021, Andrew Wilson a diffusé un extrait de la décision rendue par la Cour supérieure de l’Ontario dans l’affaire 713949, Ontario Limited v. Hudson’s Bay Company ULC. Le juge Frederick Myers y conclut que même si les juristes et les tribunaux évoluent dans le secteur des services, il faut freiner la volonté des prestataires de services de se concurrencer eux-mêmes (ou de faire concurrencer leurs jeunes employés) dans des conditions malsaines dans le cours normal des affaires.

La communication « Blue Monday » du cabinet permet aux juristes et au personnel de recourir à un programme interne de soutien par les pairs, ainsi qu’avec l’Alberta Lawyers’ Assistance Society, que JSS héberge dans un espace en ligne confidentiel. L’atmosphère décontractée est assurée grâce à un lien YouTube de la chanson « Blue Monday » de New Order.

Au bureau de Blakes à Calgary, le comité de mieux-être organise des séminaires et des activités pour encourager le mieux-être et la sensibilisation à la santé mentale. Une conférence virtuelle traitant de l’empathie, de la gentillesse et de la résilience à l’ère de la COVID-19 a été organisée en direct dans tous les bureaux avec le Dr Brian Goldman. Une thérapie de comportement cognitif a aussi été offerte en ligne par le biais du programme de thérapie guidée MindBeacon.

Les employés de Blakes disposent également d’un budget annuel de thérapie en santé mentale.

Peter Wong, associé directeur chez Caron & Partners LLP à Calgary, souligne l’importance d’une communication ouverte. Il a l’habitude d’envoyer un courriel détaillé à tous les employés après des annonces du gouvernement. En tant que petit cabinet, cela permet de réagir rapidement aux changements du gouvernement et à la mise en œuvre de plans d’urgence. Le compte de dépenses de santé du cabinet donne accès à des soins de bien-être, y compris de santé mentale. Me Wong a remarqué l’incidence qu’exerçait le manque d’interactions sociales sur le moral. En réponse à cela, le cabinet cherche à organiser des webinaires avec un psychologue et à offrir des cours de conditionnement physique sur le Web à tout son personnel. Me Wong reconnaît le défi de garantir le bien-être des employés travaillant à domicile, mais a trouvé des moyens d’aider les employés à faire face à l’isolement qui rime avec la COVID-19 et à sortir de la pandémie de manière plus positive.

KPMG a lancé un portail national sur le bien-être qui héberge toutes les aides qu’il propose en matière de bien-être. Le soutien en santé mentale comprend des articles de l’hygiéniste en chef de santé mentale de l’organisation, une liste de ressources virtuelles en santé mentale, un ensemble d’avantages sociaux en santé mentale et l’accès à des services de counseling et de psychologues, ainsi que des ressources offertes par le biais d’un concierge de la santé. Le compte Home Workspace fournit des défis physiques et un compte de dépenses liées au style de vie en plus de conseils d’experts financiers. Son programme Life@Work prend en charge le programme d’achat de vacances, les ressources de travail virtuelles et les programmes de flexibilité des journées de travail. KPMG a lancé un réseau à l’intention des parents au travail au début du mois d’avril 2021 et un portail de ressources qui aide ces personnes à trouver l’équilibre dans les responsabilités qui vont de pair avec la présence d’enfants à la maison pendant la pandémie, ce qui comprend des ressources de tutorat.

S’assurer de la santé mentale et physique des juristes est peut-être la bonne chose à faire légalement et moralement, mais c’est également logique au point de vue des affaires.

Selon Loretta Bouwmeester, les associés directeurs savent que les clients ont besoin que les juristes, les stagiaires et le personnel excellent, c’est pourquoi, au-delà des raisons humanistes, il est important d’investir dans leur bien-être. « Bien que Zoom et d’autres plateformes de même nature puissent parfois nous user, l’une de mes premières initiatives de prédilection consistait à communiquer avec les gens plus souvent que je ne l’aurais fait autrement, et de différentes manières, explique-t-elle. Alors que la pandémie continue d’évoluer, il est probable que les méthodes pour échanger de façon constructive évoluent également. Ensemble, nous sommes meilleurs. Il est essentiel de garder cela à l’esprit et de faire preuve de flexibilité en ce qui concerne les méthodes de travail et le lieu de travail. »